En guerre contre moi-même !

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler un peu de moi. Pourtant, je me suis longuement demandée si j’allais oui ou non, vous poster cet article. C’est en effet très dur pour moi d’écrire ces lignes sachant que quelqu’un que je ne connais peut-être pas va les lire. Non, cet article n’est pas là pour jouer ma prétentieuse ou encore pour que l’on me prenne en pitié mais pour expliquer que mes problèmes de régimes en tout genre et d’acceptation de soi ne datent pas d’hier et que je comprend ce que la plupart des femmes vivent. Surtout quand pour la énième fois je relance un « Ca y est le régime pointe à nouveau son nez ».

Oui, en effet, le régime est à nouveau là et ce n’est pas facile. Surtout quand je sais que je dois faire face à tout mes démons et que je reste seule à glander la journée et que le chéri lui veut limite des plats gastronomique digne de Top Chef. Mais j’essaie, je fais de mon mieux même si l’autre jour, mes yeux aurait pu lancer des éclairs et anéantir chéri qui se mangeait un paquet de chips au sel sous mon nez et m’interdisait tout contact avec le paquet. J’ai cru que j’allais mourir.

Ma relation avec mon corps est ce que l’on pourrait qualifier de chaotique. Je lui ai fait du mal et lui m’en a fait en retour comme pour me le faire payer. Je pense que le maximum d’années que je suis restée en paix avec moi-même (et encore …) c’est une, et une seule année sur 21 ans.

En effet, depuis enfant j’ai des problèmes et c’est ce qui fait mon point faible – mon manque de confiance en moi. Enfant, j’étais en dessous de la ligne dite « normale » à la visite médicale et on me forçait à manger alors que je ne voulais rien. Ca à donc été très dur pour mes parents de voir leur enfant dépérir chaque jour et où chaque repas était un réel combat. La seule chose que j’acceptais était un biberon de cacao. J’en ai donc bu jusqu’à 5ans. Puis, les médecins se sont rendus compte que j’avais un problème dans le nez qui fait que je ne sentais aucune nourriture, je n’avais aucune sensation gustative ce qui amène à aucune réelle faim, ni gourmandise…

J’ai été opéré et là mes parents étaient tellement heureux de me voir enfin manger qu’ils m’ont laissés m’empiffrer. Je ne les blâme pas, j’aurai été à leur place j’aurai agit de la même manière. Seulement voilà passer de la maigrelette à la dindonne de la cours de récré c’est loin d’être drôle, surtout quand on est dingue d’un garçon qui passe ses journées à se foutre de vous. Je ne m’aimais pas et j’étais persuadée que les autres non plus… Surtout quand à dix ans vous faites un tri dans vos vêtements et que la maman maigrelette de votre amie d’enfance vous réquisitionne un jean. Ca vous met le moral dans les chaussettes.

Donc à douze ans à peine, je commence les régimes à tout va, même les pilules prescrites du médecin. Je me déteste et je passe mon temps à faire attention à tout ce qui entre dans ma bouche à tel point que parfois je craque. Je me laisse aller et tombe dans la sphère infernale de la boulimie. A peine entrée dans l’adolescence me voilà face à un démon qui m’enferme et m’enfonce encore plus loin dans mes problèmes. Malgré la maladie, je ne perd pas tant que ça car je dois le cacher à tout le monde surtout à mon frère qui se rend compte de quelque chose après m’avoir surpris dans la salle de bain…

Ce n’est qu’à 15ans cependant que j’ai arrêté suite à Chéri qui m’a supplié d’arrêter de me faire du mal car il ne pourrait pas en supporter davantage… Ca peut paraître idiot mais c’est le premier garçon (et dernier) dont je suis tombée amoureuse et le voir pleurer car il a peur de me perdre c’est comme recevoir un coup de poignard dans le cœur.

Je suis donc allée voir un médecin qui m’a dit que mon pharynx était très irrité et abimé à un point quasi de non retour. Je me suis donc soignée et j’ai appris à manger. J’ai perdu 20kilos et je me sentais enfin moi-même dans un corps que j’apprivoisais presque. Mais avec le temps j’ai commencé à jouer au yo-yo et ainsi de suite.

Puis je suis arrivée à l’Université. Vivre seule dans un kot, devoir se faire à manger, gérer sa nourriture et ses courses, le boulot pour l’école, la mal-bouffe, les grignotages… Tout ça à plus ou moins merdé et en 3ans, j’ai environ repris 10kilos sur 20. Donc, ça n’arrête pas, j’essaie de faire attention, puis je lâche, puis je me prive…

C’est un véritable bordel à l’intérieur de mon corps. C’est à croire que plus je fais attention, plus tout débloque. Je suis loin de m’aimer et pourtant j’essaie de m’accepter mais comment y arriver quand on a un tel dégoût de son corps depuis enfant et que chaque gentillesse en rapport avec vos formes sont pour vous de la pitié ou du mensonge ?

Je ne suis pas en accord avec moi-même. Les médecins, les psys, les diététiciens n’ont rien su faire pour moi… Donc je suis condamnée à ce travail sur moi jusqu’à la fin… Un travail constant qui me fait déjà redouter le jour où je tomberai enceinte.

On me demande souvent comment je fais pour me haïr à ce point, comment être si méchante avec moi-même et je ne sais jamais quoi répondre…

Je pensais que tout ce que j’ai vécu dans mon adolescence allait faire ma force mais plus je grandis et plus je me rends compte que ça ne fait qu’amplifier cette faiblesse déjà longuement consommée. Je vis avec mes démons, j’essaie de les combattre chaque jour mais il s’avère que parfois ils sont bien plus forts que moi.

14 commentaires

  • SheepCeline 2 février 2012 à 15 h 24 min Répondre

    Une fois mon Chéri m’a dit quelque chose de très beau : « j’aimerais que tu te vois avec mes yeux pour que tu arrêtes de te faire du mal comme ça ».

    Courage!

  • EmilieV 2 février 2012 à 15 h 27 min Répondre

    Quel article touchant.
    Je te comprends parfaitement : moi aussi je me bats avec mon corps depuis… toujours.
    A vrai dire, il y a des jours où je n’ai même pas l’impression que c’est le mien. Et, malheureusement, le jour où, dans mon adolescence, j’ai voulu commencer un régime, on m’a annoncé que j’étais hypothyroïdique et que, pour perdre de poids, j’allais devoir suer.

    Mais bon, y a des jours sans et y a des jours avec.

    J’espère que le temps t’aidera! (Et, honnêtement, je ne t’ai vue que sur photo et je trouve que tu es une très très jolie fille!)

  • My BeautyScope 2 février 2012 à 15 h 32 min Répondre

    C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu ton article bouleversant. Même si je n’ai pas connu le même parcours (qui semble bien difficile),je me retrouve dans ce que tu dis, ce mal-être constant, ces mots qu’on juge être des mensonges alors que sincères,… On a beau plaire à l’autre, tant qu’on ne se plaît pas à soi-même, c’est peine perdue…
    Malheureusement (et pourtant j’aimerai le faire) je n’ai pas de conseils car sinon je les appliquerai moi-même mais j’essaie, chaque jour, de faire abstraction de cette image que me réflète mon miroir et essaie de profiter du maximum, car ce mal-être, bien souvent, nous gâchent beaucoup de moments et Dieu sait que la vie est courte 🙁
    A défaut de conseils, sache que je suis de tout coeur avec toi et t’envoie plein d’encouragements! J’espère que « vider ton sac » dans cet article a pu te faire du bien.
    Bisous

  • Odile 2 février 2012 à 18 h 41 min Répondre

    Comme toutes les filles j’ai moi aussi eu des problèmes de poids.
    Pas a ce point certes.
    J’ai perdu 10 kilos l’année passée, et parfois j’enfourne un cupcake de façon affamée puis je le jette a la poubelle pcq je me dégoute de l’avoir bouffée. Puis je vide les placards ds la poubelle.

    Je ne sais pas quoi te conseiller pour ton poids, je me dis que parfois la « médecine » ne sert a rien
    C’est la croyance qui aide. Je te parle pas de dieu et tout ça.
    J’ai découvert le livre « Le Secret », de Rhonda Byrnes et ma vision a changer pr bcp de chose et m’aide encore ajdhui dans bcp de combat.
    C’est le seul conseil que je peux te donner.
    J’espère qu’il pourra t’aider
    (sinon je te donne le site de ma « coach » http://lecoledubonheur.be/)
    courage !!!!

  • Charlotte B.B. 2 février 2012 à 19 h 19 min Répondre

    Je te comprends ma belle, j’y suis passée mais pas aussi « loin ». Mon chéri m’a dit un jour que s’il m’aime, c’est pour un tout et pas pour « un emballage »… Beaucoup de gars m’ont déjà dit qu’on s’attarde trop sur notre physique, et à en devenir malades… Ils ont raison 🙁

    J’espère que tu remonteras la pente <333

  • Stéphanie 2 février 2012 à 19 h 46 min Répondre

    Oh :/

    Tu m’avais déjà expliqué tout ça et je suis triste pour toi de voir à quel point tu te sens mal dans ta peau…

    J’ai moi-même du mal à accepter mon corps, moi à la visite médicale, j’étais tjs en surpoids…

    Je tente de faire attention mais ça n’est pas évident surtout lorsqu’on aime manger et qu’avec nous, y a des gens qui mangent des cochonneries (Merci les chéris!)

    Mais je suis sûre que tu pourras retrouver le corps que tu aimerais avoir mais faut de la persévérance tout en se faisant plaisir de temps en temps 🙂

    Courage ma belle <3

    • Domino 2 février 2012 à 20 h 45 min Répondre

      Merci les filles <3
      Ca me fait chaud au coeur.
      Comme je l'ai dit c'est un combat de tous les jours face à moi-même.

  • Nat 3 février 2012 à 22 h 13 min Répondre

    Coucou ma belle, je t’ai lue tout à l’heure et je viens maintenant te commenter. Je suis triste de savoir que dès ton plus jeune âge, tu as connu quelques soucis et que maintenant, tu souffres encore quelque part. C’est pas évident du tout ce que tu vis et j’espère que tu pourras vite retrouver le moral et atteindre tes objectifs et surtout, que tu trouves une certaine sérénité. Je suis certaine que tu y arriveras, ce n’est pas possible autrement puisque tu es déjà bien consciente de tes soucis. Je t’apporte tout mon soutien, je te fais de gros bisous et pleins de courage ma jolie (tu es tout simplement sublime sur ta photo HC) Gros bisous !

    • Domino 3 février 2012 à 22 h 44 min Répondre

      Merci beaucoup Nat. C’est une mauvaise passe où je dois faire face… Je sais que c’est pas facile et comme tu dis je m’en rend compte mais ce n’est pas pour autant que je ne « déconne pas « . Je dois retourner chez le médecin peut-être une nouvelle diététicienne… On verra… Merci en tout cas pour ton soutien ainsi que toutes les personnes qui ont pris le temps de lire ces lignes qui ont été dures à écrire… aux yeux de tous. Bisous <3

  • Nat 3 février 2012 à 22 h 13 min Répondre

    Coucou ma belle, je t’ai lue tout à l’heure et je viens maintenant te commenter. Je suis triste de savoir que dès ton plus jeune âge, tu as connu quelques soucis et que maintenant, tu souffres encore quelque part. C’est pas évident du tout ce que tu vis et j’espère que tu pourras vite retrouver le moral et atteindre tes objectifs et surtout, que tu trouves une certaine sérénité. Je suis certaine que tu y arriveras, ce n’est pas possible autrement puisque tu es déjà bien consciente de tes soucis. Je t’apporte tout mon soutien, je te fais de gros bisous et pleins de courage ma jolie (tu es tout simplement sublime sur ta photo HC)

  • julie 5 février 2012 à 22 h 16 min Répondre

    JE T AIME ! Courage ! Tu vaincras et je serai toujours là pour toi 🙂 même si parfois j’ai pas les mots qu’il faut et que je suis maladroite 😎 :p tu sais que je te soutiens à 100 000%

  • Layenko 6 février 2012 à 21 h 22 min Répondre

    C’est un très bel article, très touchant

  • MariePoup 8 juin 2012 à 17 h 15 min Répondre

    Ton article m’a beaucoup touchée d’autant plus que j’ai connu un parcours similaire…
    jeune fille plutôt rondouillette, je suis tombée dans la spirale infernale de l’anorexie boulimie pour 4 longues années.
    Je me haissais chaque jour un peu plus et avais même arrêté de me regarder dans un miroir.

    Et un jour ma psy m’a dit quelque chose que je n’ai compris que des mois plus tard: si tu écoutes ton corps, ce qu’il veut vraiment (pas les compulsions), il s’équilibrera tout seul et retournera de lui-même à son poids de forme.

    C’est arrivé, tard mais arrivé. Ma plus grande victoire aujourd’hui, ce n’est pas d’avoir perdu du poids au fond. C’est de m’estimer et de ne plus penser à la nourriture et à ce que je DOIS manger.

    J’espère de tout coeur que tu arriveras un jour à lâcher prise et à t’aimer car tu as l’air d’être une fille formidable

    • Domino 27 juin 2012 à 10 h 11 min Répondre

      @MariePoup : Merci beaucoup :$ C’est un combat de chaque jour et chaque jour où j’y arrive est une petite victoire 🙂 Courage à toi aussi :*

Répondre à julie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-moi sur @d0miino