Le jour où le destin m’est devenu une évidence

A plusieurs reprises on est venu me demander de parler de mes études, de cette part de moi que je partage si souvent sur les réseaux. Après de longs mois d’attente, je me lance enfin et j’espère que cette longue lecture ne vous décevra pas !

Il y a encore 5 ans, on m’aurait demandé ce que je voulais faire de ma vie, j’aurais répondu les yeux rêveurs, que je passerai ma vie à écrire des histoires aussi plausibles que fantasques. Mais pour subvenir aux besoins de ma famille j’aurai endossé le rôle d’institutrice maternelle après une licence de 3 ans.

Seulement, le destin en a voulu autrement. J’ai détesté ces études et j’ai rapidement abandonné pour prendre rendez-vous avec une conseillère d’orientation. Selon elle, la voie à suivre était presque une évidence, elle ne m’était juste pas encore apparue. Et c’est en suivant ses conseils que je me suis renseignée, inscrite à l’ULg en m’installant à plus d’1h de train de ma famille, à Liège. Cela peut paraître presque normal… Mais personne ne me suivait. Moi, la pauvre petite qui n’a jamais su vivre loin de sa famille et amis prenait l’immense décision de tout laisser et partir dans une autre ville (Oui, bon ce n’est pas non plus la mort mais mettez-vous à ma place).

Au début, je ne me sentais pas vraiment à ma place mais au fur et à mesure, surtout au fil des années, je me rend compte que c’est la meilleure chose qui me soit arrivée. J’ai appris à devenir une jeune femme indépendante, et à grandir sans me soucier de « détails » qui, encore à l’heure actuelle, font partie du quotidien de certains de mes collègues.

A présent, j’entame la deuxième moitié de ma première année de Master en Communication tout en vivant dans un 70m2 avec mon chéri et ma Lulu. Je jongle entre ma vie d’étudiante et ma vie de couple sans problème. Une facette est la jeune étudiante naïve en soif d’apprendre et l’autre, la jeune fiancée qui fait le ménage, les courses, le souper pendant que le chéri travail.

De plus, ce n’est pas n’importe quel Master en Communication, le mien est spécialisé en Médiation Culturelle et Métiers du Livre. En bref, tout ces choses intéressantes que font les actrices dans les films mais sur lequel on ne sait jamais vraiment poser un nom c’est-à-dire écrire dans une rédaction sur des évènements prisés, créer une galerie d’exposition ou manager un Musée, devenir romancière ou éditrice, mettre sur pied un réel empire du business avec juste l’amour d’une passion. En bref, les métiers du rêve !

En arrivant, je pensais me diriger vers l’édition, les livres et moi ayant une histoire d’Amour digne de Charming et Snow White. Pourtant, au fur et à mesure j’ai commencé à hésiter avec le journalisme… Puis, je me suis posée deux secondes pour savoir ce que je voulais vraiment… Après tout, mon Bac en Communication me donnait déjà accès au monde du journalisme, il ne me restait plus qu’à ouvrir d’autres portes en choisissant la Médiation et les livres. Puis avec le blog, les conférences, les events, j’ai compris que je ne m’étais pas trompée.

Trêve de bavardages sur mes choix, voyons ce que cette magnifique option m’apporte.

Les débouchées sont nombreuses et se dirigent dans tous les domaines. Que ça soit la culture, la communication d’entreprise ou le journalisme, mes études vont me permettre de tâter tous les terrains pour découvrir ce qui me convient. Entre le bourrage de crâne sur l’ami Bourdieu, le Gate Keeping ou encore la peinture aborigène en Australie, j’ai découvert les joies de mettre au point une exposition comme si je disposais déjà d’un diplôme et les cartes en mains. J’ai eu l’opportunité d’apprendre à oser. Oser m’imposer, aller vers les gens pour demander des informations, réclamer du temps pour une interview mais aussi pour découvrir la culture d’une toute autre façon. Tout en partant vers des études RP/éditrice, je continue à avoir une orientation proche du journalisme comme écrire des éditos, connaître l’actualité sur le bout des doigts, analyser des articles de presse et connaître les diverses études faites sur les médias. J’ai du réaliser des travaux sur le comportement des gens en société, sur la manière de faire passer les besoins des clients avant la solvabilité de l’institution. J’ai appris à être plus diplomate (j’ai encore du boulot), j’ai développé mon sens critique ainsi que mon écoute. J’ai également commencé à reconnaître les actes purement marketing de ceux qui se préoccupent réellement des gens (et je peux vous dire qu’avec le blog, ça aide un peu). J’ai désormais ma curiosité ouverte à tout ! On a des cours très diversifiés jonglant entre théorie pure et des sortes travaux pratiques de par la mise en oeuvre des théories, plus que nécessaires dans notre future formation.

En fait, il n’est même pas facile pour moi d’en parler, car vivre ainsi depuis 4 années m’a réellement transformé. J’ai réappris à voir la vie autrement, à profiter de chaque chose, du moment présent en somme. De cette façon, c’est très difficile d’en parler comme si cela était une étude sur moi-même, j’ai vraiment trouvé ma voie, je le sens. J’adore apprendre de nouvelles choses et être polyvalente. Je sens réellement que même si certains cours sont plus que soporifiques (Je parle surtout dans les premières années), les professeurs n’hésitent pas à nous rendre curieux. Je suis toujours coller sur le net à la recherche d’informations pour en savoir davantage sur la peinture, l’économie, la sociologie,… Des choses tant différentes et si proches à la fois.

Je pense que c’est essentiel dans le métier qui m’attend. Être curieuse et ne pas hésiter à se remettre toujours en question (voilà que je pense à mon cher ami Descartes…). Qu’importe de quoi demain est fait tant que je peux vivre d’un métier proche de l’édition, les relations presse, ou encore directrice de communication d’une institution, rédactrice d’un magazine, voire l’événementiel, je serai heureuse. J’aurai accompli le bonheur qui est en marge depuis désormais quelques années. En Belgique, les petites entreprises dans ces domaines sont bien présentes mais trop souvent écrasées par les grosses entreprises/organisations, et au final on a l’impression qu’il faut quitter le pays pour trouver un boulot. Pour ma pars, j’avais toujours pensé devoir partir vivre sur Paris, mais désormais, je pense que faire ma vie du côté de Bruxelles suffira amplement à mon bonheur. Maintenant, si l’avenir veut que je voyage à l’étranger, ça sera avec plaisir ! (Hahah bah oui hein !)

De plus, certains professeurs sont là pour nous. Ils nous apportent le soutien dont on a parfois besoin lorsque l’on doute de la moindre étincelle. Certains nous félicite, d’autres espèrent nous voir exceller encore davantage en nous souhaitant le meilleur. Même si les périodes d’examens sont souvent lourdes et pénibles, je m’accroche à ces choses. Savoir que même les professeurs ont foi en nous, ça permet d’avancer et d’en vouloir toujours plus !

On pourrait croire que je suis une mordue d’études… C’est peut-être vrai, je ne sais pas. Pourtant, cela fait un mois et demi que je discute avec chérisur la possibilité de m’orienter vers un doctorat après mon master. Cependant, j’hésite… J’ai toujours peur d’être incapable dans ce que j’entreprends et ce malgré le fait que tout semble bien aller !

Il n’empêche que je ne m’épanoui que lorsque je suis dans ce monde, dans la culture, la communication… C’est presque une drogue qui malgré mes plaintes de temps à autre, m’est complètement indispensable !

Voilà, je n’ai pas tout dit, et je sais que de nombreuses questions restent encore en suspend et si c’est le cas, n’hésitez pas à laisser un petit mot et j’y répondrai ! D’ailleurs tout en essayant de vous écrire quelques articles, je me prépare doucement à partir pour Bruxelles durant 5 semaines où je vais faire mon premier stage. Espérons que ça se passe bien !

23 commentaires

  • Djahann 27 janvier 2013 à 18 h 58 min Répondre

    je ne connaissais pas et je n’imaginais pas ce type de métier. comme quoi, on est vraiment loin d’être assez informés pour faire des choix.
    Tu peux être fière de ton joli parcours !

    • Domino 3 février 2013 à 11 h 51 min Répondre

      C’est vraiment ça ! Et merci, c’est gentil de ta pars 🙂

  • Mascarita 27 janvier 2013 à 19 h 37 min Répondre

    C’est incroyable mais j’ai exactement le même parcours que toi, mais à l’ULB. Je suis en première année de Master en Communication, et je commence mon stage dans un mois :). Je vis aussi en couple, et je jongle entre mes études et ma vie privée sans problème. J’ai aussi quitté ma famille, mais la mienne vit au Maroc, l’adaptation a donc été encore plus difficile pour moi, ne voyant mes parents et mes soeurs que quelques fois par année. Mais bon, c’est la vie, et comme toi je suis (malgré quelques périodes) très heureuse d’avoir choisi ce chemin qui m’ouvre toutes les portes du monde de la communication. Par contre, j’espère à la fin de mes études, continuer à apprendre mais de l’autre côté de l’Atlantique.
    En tout cas très bel article, ça fait plaisir de voir des gens toujours aussi curieux et avides d’apprendre.
    Gros bisous

    • Domino 3 février 2013 à 11 h 52 min Répondre

      Oh j’suis contente pour toi et beaucoup de courage pour la suite alors ! Ca ne doit pas toujours être facile mais tu peux être fière de toi ! 🙂

  • Valentine 27 janvier 2013 à 20 h 31 min Répondre

    C’est passionnant de voir combien tu aimes ce que tu fais ma belle!

    • Domino 3 février 2013 à 11 h 56 min Répondre

      Merci <3 Je suis limite amoureuse de mes études ^^

  • stella 27 janvier 2013 à 21 h 04 min Répondre

    Ca à l’air passionnant tout ça! Si tu compte venir t’installer sur Bruxelles, je ne peux que te conseiller de bien réviser ton néerlandais, quitte à prendre des cours en plus! Ici, ils sont vraiment pénible avec ça quand tu cherche un boulot! Ceci dit je pense que tu le sais déjà hein, mais bon, on ne le répète jamais assez!

    • Domino 3 février 2013 à 11 h 57 min Répondre

      Oui je me doute :/ Je compte prendre des cours en plus en Néerlandais et en Anglais 🙂

  • cherryblossom 27 janvier 2013 à 23 h 22 min Répondre

    Très bel article ma chérie! Tu m’as même fait pleurer :$
    J’ai tellement ramé pour faire des études. Et encore, je n’ai pas pu faire ce que j’aimais vraiment à cause des soucis de santé que j’ai eu à l’époque et je le regrette beaucoup… Du coup, ton post m’a émue.
    J’espère qu’après ton master et peut-être ton doctorat, tu trouveras un job qui te combleras de bonheur! En tout cas, ça fait du bien de lire tant de passion 🙂

    Gros smouack <3

    • Domino 3 février 2013 à 11 h 58 min Répondre

      Moh 🙁 Courage ma belle <3
      Et merci, j'espère vraiment trouver LE boulot dont je rêve 🙂

  • mamandoudouce 28 janvier 2013 à 10 h 06 min Répondre

    Bravo pour ton parcours!!

    • Domino 3 février 2013 à 11 h 59 min Répondre

      Merci beaucoup 🙂

  • Corinne (Couleur Café) 28 janvier 2013 à 12 h 46 min Répondre

    Aimer ce que l’on, fait, c’est le plus important !!

    • Domino 3 février 2013 à 11 h 59 min Répondre

      C’est ce que je me répète chaque jour 🙂

  • Stéphane 29 janvier 2013 à 10 h 44 min Répondre

    J’aime cette curiosité en vous qui vous fait avancer.

    • Domino 3 février 2013 à 12 h 08 min Répondre

      Merci beaucoup Stéphane 🙂

  • S'box 29 janvier 2013 à 19 h 21 min Répondre

    Quand on met de l’énergie et de la passion dans ce qu’on fait (études, ou autres), on en est souvent récompensé. J’espère donc que ton stage se passera bien. Sincèrement, dans les études, ce sont les stages qui m’ont le plus plu : la pratique, le terrain, rien de mieux pour apprendre. Je te souhaite en tout cas beaucoup de succès. Faire ce qu’on aime, c’est ce qu’il y a de mieux pour être épanoui. Courage pour la suite 😉

    • Domino 3 février 2013 à 12 h 12 min Répondre

      J’espère que mon stage sera tout aussi intéressant que mes cours. Cependant, il n’est pas dans la même lignée. J’ai voulu faire un stage dans la rédaction afin de voir si cela me plaisait toujours. On verra 🙂

  • S.ophie 31 janvier 2013 à 19 h 57 min Répondre

    C’est drôle, parce que c’est en faisant des recherches sur ce master que je suis tombée sur ton article. Je me souviens être passée plusieurs fois ici, en passant de liens en liens, mais je n’avais jamais lu tes études. Et je dois m’inscrire pour l’année à venir. Peut-être, donc, quitter la France et m’installer en Belgique. Faut-il encore être prise, bien évidemment. Mais ce master n’existe pas en France, et c’est un scandale, il faut le dire =)

    • Domino 3 février 2013 à 12 h 12 min Répondre

      J’espère que tout se passera bien pour toi et que tu pourras venir faire ces études parmi nous 🙂 Courage ! 🙂

  • Lau' 22 février 2013 à 17 h 46 min Répondre

    oh, un blog comme je les aime!! x Lau’

    • Domino 24 juillet 2013 à 13 h 17 min Répondre

      Oh ! C’est le genre de commentaires que j’aime lire ! Merci beaucoup 🙂 <3

  • cremedecerise 6 septembre 2013 à 15 h 55 min Répondre

    Quel chance d’avoir eu une bonne conseillère d’orientation ! Moi quand je lui annoncé ce que je voulais faire, elle m’a dit non direct et m’a foutue dans le commerce… Je regrette tous les jours de l’avoir écouté, surtout que dans le commerce les employeurs prennent n’importe qui. Avec ou sans diplômes. Dans mon cas j’ai fais 6 ans d’études la dedans donc 3 diplômes… Et quand je vois n’importe qui être pris sa me met vraiment en colère. Après les gens se plaignent que les vendeurs sont pas aimable ou encore qu’il connaissent rien des produits qu’ils vendent ext… Forcément quand on à pas appris les bases, on peut être que mauvais vendeur –« . Comme tout métier sa s’improvise pas, malgrès ce qu’on peut penser. En tout cas je te souhaite de réussir ^^.

Répondre à cremedecerise Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-moi sur @d0miino