Trouver un job étudiant.

Il y à quelques jours à présent j’ai envoyé divers mails à des groupes de presse féminine dans l’espoir de décrocher un job étudiant pour cet été. Et bien dans l’oeil!

J’ai déjà reçue plusieurs réponses m’annonçant avec leurs « salutations les plus distinguées » (je ne sais pas pourquoi j’ai toujours trouvé ces formulations de politesses plus faux-culistes qu’autre chose) qu’ils étaient navrés (on y croit) mais que les enfants d’employés passaient avant « les autres ». Bon c’est cool tout ça. Je vois mal travailler dans les professions respectives de mes parents, et de toute manière c’est impossible…

En bref, je suis « obligée » de bosser dans une enseigne de magasin ou autre, alors que je ne me prédestine pas du tout à la vente ou quoique ce soit d’autre… Je voudrais rejoindre la rédaction d’un magazine féminin pour l’été, ou une maison d’édition. Je demande pas la mort non plus!

J’en peux plus de tous ces gosses qui cherchent même pas un job de leurs propres mains car de toute façon papa/maman leurs ont déjà fait une petite place dans l’entreprise. C’est pas comme ça qu’on devient adulte. C’est comme ça qu’on profite du système et qu’on touche plus de 1.000€ par mois pour un job qu’on ne mérite pas tout en frimant devant les copains qui eux ont bossé comme des malades au Delhaize ou ailleurs. Tout ça, car les bonnes entreprises étaient déjà prises, englouties par les petites gosses chéris.

Bon, je glisse tous le monde dans le même sac, je ne devrais pas. D’ailleurs si mon blog est encore loin des commentaires, si il y à ne serait-ce que quelques lecteurs, je risquerai de me faire embrocher. Malgré tout, je suis dégoutée.

Je me démène pour trouver ce qui ME PLAIS, ce que JE VEUX faire mais on ne m’en donne pas les moyens car je ne suis pas LA FILLE d’un employé… Ca m’énerve. J’ai l’impression que tous les efforts continuels que je pourrais faire, ou une autre personne dans ma situation, sont vains car de toute façon, nous ne faisons pas partie du système.

(En gros, dans notre politique (oui, je dis politique, car en Belgique, le mot gouvernement n’existe pas!)  ça donne presque « les pauvres restent pauvres, même si ils ont le diplôme. Ici ça fonctionne aux gênes pures (on est dans Harry Potter ?). Les contacts valent plus qu’un diplôme »…

« Merci Ôh cher gouvernement non-existant de pourrir la vie de ces rares jeunes étudiants qui tente de s’en sortir… » )

Toute notre vie, les jeunes comme nous vont devoir vivre avec ces injustices, se battre et renforcer cette carapace. N’empêche, lâcher un bon coup de gueule ça fait du bien !

De toute façon à quoi bon tenter de révolutionner le monde depuis mon clavier d’ordinateur. Je baisse les bras une première fois, pour revenir plus que déterminée !


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-moi sur @d0miino